Toulouse, éducation des chiens dangereux

J’ai passé ma formation d’aptitude pour détenteurs de chiens catégorisés à Toulouse avec eux, c’est une équipe très professionnelle, et de très bons conseils.
Je recommande.

Adrien De Oliveira, éducateur canin pour l’association nationale Sym Dog donne une seconde vie aux chiens jugés dangereux… et éduque leurs maîtres

Près de Toulouse, Adrien sauve de l’euthanasie des chiens ayant déjà mordu. Et cet éducateur canin accompagne aussi les maîtres pour que leurs animaux ne deviennent pas dangereux.

A Toulouse, Adrien de Symdog aident les maîtres à contrôler leur chien pour qu’ils ne deviennent jamais des chiens considérés comme « dangereux ». (©Mariane Riauté / Actu Toulouse)

Par Mariane RIAUTE

L’euthanasie n’est pas la seule issue possible pour les chiens ou chiots qui ont déjà mordu quelqu’un dans leur vie. Adrien De Oliveira, éducateur canin pour l’association nationale Sym Dog, spécialisée dans les « chiens mordeurs » et considérés comme dangereux, le prouve au quotidien.

Sauvetages de chiens

À quelques kilomètres de Toulouse, à Lespinasse, Adrien et sa compagne, Barbara, gèrent un centre Sym Dog dont l’objectif est de sauver les chiens de l’euthanasie, et de former des éducateurs canins.

Ici, rien n’est démesuré : un espace pour faire jouer et entraîner les chiens, ainsi que des espaces verts grillagés. Le tout à proximité de la forêt et du bord de canal, parfait pour les promener. 

Quand il y a de la place au centre Sym Dog 31, Adrien fait des sauvetages pour récupérer des chiens qui ont mordu et dont personne ne veut. L’association agit d’ailleurs partout en France, avec des centres dans plusieurs villes.

« On essaie d’aider en priorité les particuliers et leurs chiens, parce qu’ils ne peuvent rien faire de ces animaux lorsqu’ils ont agressé quelqu’un », explique Adrien.

Titan est un chien qu’Adrien a sauvé de l’euthanasie après qu’il ait mordu quelqu’un. (©Mariane Riauté / Actu Toulouse)

Adrien raconte la récente histoire d’un chien policier de Béziers qui a été récupéré par Sym Dog : « Il était devenu incontrôlable. Il était bon au travail, mais il y a eu des morsures, et il ne voulait plus travailler. Les policiers ne savaient pas quoi faire de lui, donc ils l’ont mis en retraite anticipée ».

« Personne ne veut aider »

Adrien et Barbara manquent de place. En effet, c’est chez eux qu’ils gardent ces chiens secourus, mais qui ne peuvent plus être adoptés, car ils sont considérés comme « dangereux ». En ce début d’année 2024, ils en gardent huit chez eux, et ne peuvent pas en récupérer davantage.

« Malheureusement, on reçoit quotidiennement des appels pour sauver des chiens, et il y a toujours beaucoup d’euthanasies, parce qu’on ne peut pas tous les récupérer », s’attriste Adrien.

Le centre Sym Dog se trouve à Lespinasse, là où les maîtres peuvent venir avec leur chien pour faire un bilan quant au caractère de leur chien. (©Mariane Riauté / Actu Toulouse)

« J’ai gardé un chien qu’on m’avait dit de piquer »

« Apparemment, il y aurait à Toulouse beaucoup d’éducateurs canins professionnels et d’association. Pourtant, personne ne veut ‘mettre la main à la patte’ et récupérer ces chiens-là… Personne ne veut prendre le risque de les avoir chez eux », ajoute-t-il.

Bien des maîtres ne savent plus que faire de leur chien quand un drame se produit : « Quand un éducateur canin vous dit qu’il ne pourra pas vous aider, et qu’il faut faire piquer votre chien avant qu’il devienne dangereux, que faire, à part l’abandonner ? J’ai gardé un chien qu’on m’avait dit de piquer… Cette année, j’ai passé Noël avec lui, au milieu de ma famille, parce qu’on a su comprendre son caractère ».

« Plus de chiens rois que de chiens maltraités »

Adrien regrette le manque de préparation chez les personnes qui décident de prendre un chien. Dans l’espace clôturé, Bad, « un Staff » arrivé il y a deux ans, joue calmement avec un bout de bois.

L’éducateur canin de Sym Dog raconte : « Un 24 décembre, il a arraché le visage de sa maîtresse. Les gens pensent souvent que c’est lié à de la maltraitance. Mais pas forcément, sa maîtresse lui donnait beaucoup d’amour, mais pas de règles, donc son chien ne la respectait pas. Il y a presque plus de chiens rois qui mordent à cause d’un manque de cadre, que de chiens maltraités ».

Selon Symdog Toulouse, il n'y a pas de technique spécifique pour éduquer un chien, mais un apprentissage qui doit se faire à l'écoute du caractère du chien, avec une adaptation du maître.
Selon Sym Dog Toulouse, il n’y a pas de technique spécifique pour éduquer un chien, mais un apprentissage qui doit se faire à l’écoute du caractère du chien, avec une adaptation du maître. (©Mariane Riauté / Actu Toulouse)

La femme voulait simplement faire descendre son chien du canapé, alors qu’il y avait du monde chez elle, mais il a refusé. Et quand elle a approché son visage du sien, son chien l’a pris comme une intrusion dans sa zone de sécurité. « Bien souvent, c’est le manque de règles d’éducation qui crée des chiens dangereux« , précise Adrien.

Le caractère ne s’efface pas

Aujourd’hui, Bad joue avec Adrien et ne semble pas présenter de danger pour lui. Et si quelqu’un d’autre approche sa main, il aboie, car c’est son caractère. Pour l’éducateur canin, le caractère d’un chien ne peut pas être effacé, il faut seulement apprendre à le comprendre et à le contrôler.

« Certains se baladent avec une arme sans le savoir »

L’éducateur canin fait également de la prévention et conseille de « bien se renseigner sur les races, avant de prendre un chien ».

« Certains chiens sont mignons, mais ils peuvent devenir dangereux selon leur éducation. Il y a des gens qui se baladent avec des armes sans en être conscients », alarme ce passionné de Staffordshire Bull Terrier.

Certains maîtres sont conscients qu’ils ont besoin d’aide pour éduquer leurs chiens, qui sont parfois des boules d’énergie incontrôlables au jeune âge (©Mariane Riauté / Actu Toulouse)

« Il faudrait que les gens fassent une liste de ce qu’ils aiment, pour voir quelle race a un caractère qui correspondrait le mieux à leur style de vie », prévient également Barbara. « Si on prend un American Staffordshire Terrier, qui est une boule d’énergie, et qu’on n’est pas sportif pour un sou, ça ne collera pas ».

L’éducateur canin conseille également de faire un bilan du caractère de son chien de temps en temps, pour vérifier que l’éducation qui lui est donnée est bonne.

Échaudé par d’autres éducateurs canins

Avant d’en faire son métier, Adrien avait deux American Staffordshire qui ne s’entendaient pas. Il a vu plusieurs éducateurs, qui ont aussi bien employé des méthodes douces que des méthodes plus violentes.

« Je sentais bien que leurs tentatives endurcissaient les chiens, ces soi-disant professionnels tournaient en rond et n’arrangeaient rien ». Il a donc réalisé la supercherie du terme « éducateur canin », utilisé à tous vents sur Internet, sans pour autant d’obligation d’avoir une formation.

Accompagnement des maîtres

Mardi 20 février 2024, accompagnée de sa mère, une jeune femme vient avec son malinois de quatre mois au centre Sym Dog.

« Quand elle a eu sa chienne River, elle a vite vu que quelque chose n’allait pas dans son comportement, alors elle est venue demander conseil », raconte Adrien.

Chez Sym Dog Toulouse, Adrien ne donne pas de cours à proprement parler, il observe le chien et son maître pour donner des conseils à mettre ensuite en pratique dans leur quotidien. (©Mariane Riauté / Actu Toulouse)

La mère de cette maîtresse de River complète : « On voulait s’occuper d’elle dès le jeune âge pour pas risquer d’en faire un chien méchant. Au début, on ne pouvait pas la promener, elle essayait de mordre tous les piétons et les vélos qui passaient… ».

Elle a tout d’abord emmené River voir d’autres éducateurs canins, mais la situation n’évoluait pas, et le caractère de son chien devenait de plus en plus complexe à gérer. « Les gens font croire qu’un malinois, c’est un chien méchant, mais en fait, ce chiot est juste fragile et il a peur », explique Adrien.

« Le maître construit son chien »

Ce n’est que la deuxième fois que River est emmenée au centre Sym Dog, et la jeune femme sait qu’à tout moment, elle peut contacter Adrien si elle rencontre un problème avec son chien.

Au cours d’une longue promenade au bord du canal, Adrien se promène avec River et sa maîtresse. Il ne prend la laisse que quelques fois pour lui donner des conseils et techniques afin qu’elle réussisse à tenir cette boule d’énergie quand un vélo passe.

L’éducateur canin vit déjà avec huit chiens qu’il a sauvés de l’euthanasie.

Par rapport à la première fois, le progrès est déjà visible : River n’aboie plus du tout sur les passants. « Sa maîtresse a envie de bien faire les choses, elle a pris le temps d’appliquer mes conseils, et ça se voit. Sa chienne a un caractère particulier, mais elle est déjà beaucoup plus calme », applaudit l’éducateur.

« Je fais en fonction du chien que je rencontre et je ne fais que transmettre mes connaissances. J’explique comment il faut faire pour réussir à contrôler le caractère de son chien, et c’est au maître de construire son chien ensuite. Certaines personnes viennent ici prendre de la magie, mais moi, je ne fais pas de magie, c’est elle qui a changé sa façon de gérer River ».

Un éducateur canin qui initie aussi des élèves

Avec l’enseignement de l’association Sym Dog, Adrien propose des initiations sur un mois pour devenir éducateur canin. Il vient d’ailleurs avec certains de ses huit chiens « mordeurs » pour initier ses élèves et mettre en pratique les connaissances qu’il transmet. Et il fait également passer des permis de détention de chiens catégorisés


Actu Toulouse
Retour en haut